Le Quotidien : Des portraits pas comme les autres – Dominka DRATWA

September 2nd, 2006
Dominika Dratwa

Dominika Dratwa

Le Quotidien, samedi, 2 septembre 2006, Culture, pages 37 et 38

Dominika Dratwa, artiste peintre canadienne expose ses peintures au Luxembourg. L’occasion pour elle d’exporter ses peintures qui sont des autoportraits et des portraits très particuliers. Alliance de candeur et de noirceur, amour des paradoxes, métaphores inexplorées, Dominika explore le portrait sous toutes ses formes. C’est son cheval de bataille et elle continuera dans ce sens jusqu’à la fin de sa carrière.

“Chaque peinture est une petite romance”

La Leslie’s Gallery, galerie d’art contemporain, propose de découvrir une artiste peintre canadienne. L’art de Dominika est de faire découvrir le sexe, l’amour et la beauté à travers ses portraits.

La Canadienne Dominika Dratwa expose ses oeuvres au Grand-Duché. Elle entend magnifier le sexe, l’amour et la beauté.

Entretien recueilli par Sandrine Stauner

Le Quotidien : Comment avez vous été amenée à exposer vos peintures au Luxembourg?

Dominika Dratwa : C’est en fait Leslie Barnig, la directrice de la Leslie’s Gallery de Luxembourg, qui a trouvé mon site web. Elle m’a contactée et nous avons de suite commencé à travailler ensemble. C’était un peu difficile car j’avais déjà deux autres expositions à réaliser cet été mais nous avons tout de même réussi car nous étions toutes les deux très motivées pour la mise en place de ce projet.

Êtes-vous déjà venue au Luxembourg?

Je suis d’origine polonaise et je voyage à la moindre occasion. L’année passée, j’étais en Allemagne et je suis littéralement tombée amoureuse de Berlin. J’ai fermement l’intention de visiter le Luxembourg, la Belgique et la France au printemps prochain. Mais je n’ai pas pu être présente pour le vernissage de l’exposition.

A quel âge avez-vous commencé à peindre?

J’ai commencé à faire de la peinture de façon sérieuse à l’âge de 21 ans et j’ai à présent 28 ans.

Dominika Dratwa

Dominika Dratwa

Quelles sont vos sources d’inspiration?

Je m’inspire principalement de la vie quotidienne. J’adore observer les gens. L’amour m’inspire également beaucoup, cela m’encourage à mettre mon ressenti dans mes peintures. Je trouve aussi l’inspiration dans le travail de quelques peintres de la Renaissance. J’adore Caravage pour sa légèreté et ses sujets sombres. J’aime Rembrandt et Dürrer pour leurs autoportraits.

Réussissez-vous à vivre de vos peintures?

J’ai la chance de gagner ma vie avec mes peintures. J’entame ma dernière année d’études à l’université.

Quels sont vos objectifs?

Mon objectif est de créer des peintures qui vont toucher le plus de monde possible. J’utilise le portrait comme une métaphore et cela comprend beaucoup d’enjeux psychologiques et émotionnels très importants. J’ai l’intention de continuer à développer ces séries de portraits afin de faire encore mieux passer mes émotions.

Pensez-vous changer de style de peinture après vos séries de portraits?

Je trouverai d’autres séries et d’autres thèmes lorsque je serai allée au bout de mon travail. Tant que j’ai la passion, je continue. J’aime montrer la beauté et la sensualité combinées avec des éléments de noirceur et des éléments déprimants. Je pense garder ce style pendant l’intégralité de ma carrière , que ce soit pour des portraits de moi ou des autres. Je m’épanouis de cette façon et cela me convient parfaitement.

Aimez-vous toujours vos peintures une fois terminées?

Quand j’ai fini une peinture, je suis fascinée pendant quelques jours mais je ne suis jamais totalement satisfaite. Chaque peinture est une petite romance : j’en tombe amoureuse, le feu brûle intensément et c’est terminé car je désire quelque chose de nouveau! Le cycle peut alors recommencer. Il peut arriver que je déteste une peinture et si c’est le cas, je la détruis.

Quelle est votre définition de la peinture?

La peinture est aussi essentielle que le fait de respirer. Lorsque je peins je me sens libre de tout. Dans l’histoire de l’art, il me semble que la peinture est le médium le plus sensuel et le plus profond qui soit. Il est clair qu’on arrive à communiquer des idées ou on n’y arrive pas. On s’exprime émotionnellement et physiquement. J’adore les défis que la peinture m’impose. Grâce à elle, j’apprends des concepts intéressants.

Est-il nécessaire d’avoir un don pour peindre?

Je pense qu’il faut avoir une certaine dose de talent, c’est indéniable mais surtout de la concentration et beaucoup de volonté.

Exposition de l’artiste à la Leslie’s Gallery,
66-68 rue de Luxembourg à Bridel jusqu’au 30/09.
Infos : www.artgallery.lu