Luxemburger Wort : La trame du portrait – Pascal PIRON

January 18th, 2007
Pascal Piron

Pascal Piron

Luxemburger Wort, vendredi, 18 janvier 2007, Kultur, page 11

Exposition Pascal Piron à la Leslie’s Artgallery

par Nathalie Becker

Après plus d’un an d’existence, la Leslie’s Artgallery a su trouver ses marques et s’affirme comme un espace de qualité où la jeune création luxembourgeoise et internationale est mise à l’honneur.

Il est clair que Leslie Barnig a un certain don pour dénicher sur le net ou dans son cercle de connaissances des artistes pleins d’originalité, d’à-propos et de talent.

Actuellement, c’est un jeune Luxembourgeois, Pascal Piron, qui voit sa production accrochée aux cimaises de la galerie de Bridel.

L’artiste renouvelle et revisite l’art du portrait en faisant référence aux images numériques et par le fait, en leurrant notre perception. En effet, au premier abord, les tableaux peints en noir et blanc nous apparaissent comme des images grossièrement pixellisées et, à y regarder de plus près, ces pixels sagement alignés sont en fait des touches picturales rigoureusement ordonnancées.

Nostalgie et modernité vont de pair

Pascal Piron trame soigneusement et horizontalement ses compositions à l’aide de bandes de scotch puis s’exécute à l’acrylique. Ce que nous prenions pour une image numérique défectueuse et obsolète s’avère être un tour de force pictural. Il est là le propos de l’artiste, le leurre et la révélation. Sur la toile s’affichent des visages célébrissimes comme celui de Marilyn Monroe, de Platon mais aussi d’anonymes. L’effet pixel fait s’animer les expressions des modèles et contredit la tradition de la fixité de l’image peinte. Dans d’autres oeuvres, la peinture semble dégouliner et le visage s’évanouir, s’effacer, introduisant une impression tragique, une idée de dépersonnalisation. De plus, la palette composée uniquement de valeurs ajoute à l’élégance et à l’originalité de ce travail où nostalgie et modernité vont de pair. Enfin, en aparté, signalons la présence de Leslie Barnig, dans l’exposition «Roundabout – Refreshing art» à la Rotonde 2 avec une sympathique installation de peluches.

Jusqu’au 31 janvier. Au 66-68 rue de Luxembourg, Bridel
Ouvert mercredi, jeudi, vendredi de 17 à 20 heures.
Samedi et dimanche de 15 à 20 heures.