Le Quotidien : Le cri de la jeunesse – Monika ECKEY

January 4th, 2008
Monika Eckey

Monika Eckey

Le Quotidien, vendredi, 4 janvier 2008, Culture, pages 29 et 31

Leslie’s Artgallery de Bridel a consacré le mois de janvier à l’oeuvre de la jeune Allemande Monika Eckey. Dans ses tableaux, une explosion de couleurs multicouches sert un monde très pokémon.

Un univers Pokémon en galerie

par Pablo Chimienti

Leslie Barnig, propriétaire de la Leslie’s Artgallery voulait, pour ce froid mois de janvier, plein de couleurs et de la chaleur sur les murs de sa galerie. Cette volontée est exaucée avec les tableaux de Monika Eckey, un mélange d’abstraction et de réalisme.

Malgré son jeune âge, elle est née en 1983, dire que Monika Eckey est une débutante, serait une grande méprise vu son CV bien rempli. La belle de Lingen compte déjà 8 expositions à son actif, mais jamais, avant ce soir, elle n’avait connu les honneurs d’une exposition personnelle.

Cette chance lui est offerte par Leslie Barnig. «À la Artgallery, nous présentons une exposition par mois. On a voulu montrer le travail de Monika Eckey en janvier car on voulait quelqu’un de pas connu et de prometteur pour ce début d’année et parce que ses tableaux contrastent avec le climat de ce mois. Dans son oeuvre, il n’y a rien de déprimant», assure la propriétaire des lieux.

Il est vrai que dans ces 7 grands tableaux présentés pour l’exposition il n’y a pas grand-chose qui rappelle l’hiver. Il faut dire qu’à une exception près tous les personnage sont représentés dans des situations en intérieur, en t-shirt, en robe, en jupe, en short, souvent les bras ou les jambes nues. Et pour compléter cette sensation de chaleur, les couleurs vives, voire fluo prédominent. Même les quelques nuages semblent tout droit sortis d’un dessin animé japonais.

Cohérence dans les superpositions

«On sent, dans ces tableaux, la jeunesse de l’artiste, selon Leslie Barnig. Les couleurs sont vives, on y aperçoit des consoles de jeu, des sigles, des visuels, quelques courtes phrases… c’est un esprit très Pokémon», ajoute-t-elle.

Monika Eckey

Monika Eckey

Tous ces tableaux incorporent abstraction, réalisme et art graphique. Ils sont en perpétuel changement avec différentes couches composées d’une superposition de personnages, d’objets ou simplement de couleurs. L’artiste n’hésite d’ailleurs pas à recouvrir le travail déjà fait ou d’en laisser simplement une petite partie à la surface. Pour Leslie Barnig, «cet hasard des superpositions donne, malgré tout, à l’ensemble une unité très cohérente et réussie. Ce n’est pas du tout brouillon!»

Ses peintures sont à découvrir jusqu’au 27 janvier. Ensuite Frédéric Hego prendra le relais au mois de février.

Du 4 au 27 janvier 2008 à la Leslie’s Artgallery, 66-68, rue de Luxembourg, à Bridel. De mer. à dim. de 15 à 18 h ou sur rendez-vous : 621 132 890.
www. artgallery.lu